Retour sur l’Assemblée des carnetiers d’Hypothèses 2015-2016

Ce billet présente les actes de l’Assemblée des carnetiers d’Hypothèses 2015-2016, qui s’est tenue le 20 novembre 2015, au siège du CNRS à Paris.


Introduction générale – Didier Torny (InSHS, DAS en charge des politique IST)

Hypothèses est une plateforme essentielle qui constitue un instrument central pour le rayonnement des SHS. Ses contenus sont accessibles par un large public (sphère académique, professionnels et grand public). La plateforme permet une valorisation remarquable pour les SHS, quels que soient les types de carnets considérés. Par exemple, après les attentats de janvier 2015, des voix officielles se plaignaient notamment du manque d’études scientifiques sur la radicalisation. Le CNRS a répondu en montrant tout le travail fait sur ces sujets en son sein. Les contenus publiés sur Hypothèses peuvent être utiles dans des situations diverses et à des publics variés, qui peuvent être différents de ceux envisagés lors de la publication initiale.

Dans cette logique, il est important que les carnets d’Hypothèses trouvent une audience et suscitent le débat. Ils ont un impact au-delà de la publication académique classique. Les billets de blog ne sont plus considérés comme un sous-produit académique, grâce notamment à Hypothèses. Au-delà, Hypothèses est un instrument central de rayonnement des SHS.

Pour le CNRS, l’implication des chercheurs et enseignants-chercheurs dans cette démarche fait clairement partie de leurs missions.

Introduction – Marin Dacos (Cléo-OpenEdition, Directeur)

Le Cléo est une unité mixte de service (CNRS, AMU, EHESS, UAPV), travaillant en partenariat avec la Bibliothèque scientifique numérique (BSN) et l’infrastructure de recherche Dariah. Le Cléo développe 4 plateformes, réunies sous le nom d’OpenEdition : Revues.org, OpenEdition Books, Calenda et Hypothèses, qui joue un rôle particulier dans cet écosystème.

Assemblée 2015 2

Crédit photo : Benoît Desgirauds

Fréquentation :

Hypothèses est la deuxième des 4 plateformes en termes de fréquentation, avec environ 18 millions de visites annuelles. La croissance du nombre de visites sur Hypothèses est plus forte que pour les autres plateformes.

Cette fréquentation élevée est également à mettre en relation avec la présence très marquée d’Hypothèses – contrairement aux autres plateformes d’OpenEdition – sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook), avec un nombre d’abonnés en constante augmentation. Le format et l’aspect plus personnel des publications sur Hypothèses facilitent la structuration des discussions qui en découlent sur les réseaux sociaux.

Implantation des carnetiers :

  • en France, elle correspond à peu près à la carte de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ce qui confirme qu’Hypothèses est bien une infrastructure, qui rend service a minima à toute la communauté académique
  • en Europe, elle montre l’efficacité de nos partenariats avec la Fondation Max Weber et l’Institut historique allemand en Allemagne et avec l’université nationale d’enseignement à distance (UNED) en Espagne. En Italie, cette implantation commence à devenir visible
  • au Québec, l’implantation est également assez importante
  • on constate une implantation au niveau d’autres points plus isolés sur la planète, mais globalement, si l’on considère la répartition géographique des carnetiers, la plateforme est surtout européenne

Implantation des lecteurs :

Le lectorat d’Hypothèses est principalement européen mais vient également d’autres pays. Les États-Unis sont par exemple le deuxième pays à consulter Hypothèses. On observe également la présence de lecteurs dans certains pays où aucun carnet n’est implanté, comme les Pays-Bas par exemple.

Croissance de la plateforme :

  • entre 15 et 20 candidatures reçues chaque semaine
  • plus de 1 300 carnets au catalogue, avec depuis quelques mois une résorption en cours du retard accumulé en termes de catalogage ces deux dernières années
  • 697 candidatures reçues en 2015 pour l’instant (ce qui représente une légère croissance par rapport à 2014)
  • plus de 100 000 billets et 33 000 commentaires publiés au total sur la plateforme

Équipe d’Hypothèses :

  • Responsable du service : François Pacaud (gestion des projets, de la documentation, des relations avec les partenaires et le Conseil Scientifique, gestion et réalisation des formations, gestion de la communication en accord avec la politique générale du Cléo, accompagnement éditorial des carnetiers, coordination de la valorisation éditoriale, médiation des contenus)
  • Chargé de projet web : Michel Tamarin (développement de la plateforme, mise en place des plugins, documentation technique, accompagnement technique des carnetiers)
  • Chargée de validation scientifique : Céline Guilleux (validation des candidatures et création technique des carnets, mise au catalogue des carnets et suivi de l’attribution des ISSN)

Les Conseils scientifiques (1 Conseil scientifique pour chaque communauté linguistique) : se prononcent sur les candidatures problématiques et participent à la valorisation éditoriale de la plateforme.

Par ailleurs, les partenaires espagnol et allemand d’Hypothèses assurent l’animation des communautés et la gestion des carnets hispanophones et germanophones.

Évolution technique de la plateforme – Michel Tamarin (Cléo-OpenEdition / Hypothèses, Chargé de projet web)

L’enjeu du travail du Chargé de projet web est de prendre en considération les demandes de fonctionnalités formulées par les carnetiers, tout en s’assurant du maintien de l’ergonomie générale de la plateforme, de sa sécurité, de sa stabilité, en respectant les standards du World Wide Web Consortium (W3C) et en prenant en compte l’expérience utilisateurs ainsi que les contraintes liées à notre architecture technique.

Assemblée 2015 2

Crédit photo : Benoît Desgirauds

Plugins :

Lorsque nous recevons une demande d’installation de plugin (logiciel apportant une fonctionnalité ad hoc, non présente initialement sur Hypothèses), il y a plusieurs étapes à franchir et plusieurs critères à respecter avant un éventuel déploiement sur la plateforme :

  1. l’installation d’un plugin étant possible uniquement à l’échelle de la plateforme et non sur un carnet isolé, il faut d’abord que la demande trouve un écho favorable au sein de la communauté
  2. si la première condition est remplie, nous devons alors identifier les plugins susceptibles de répondre à la demande
  3. les plugins candidats sont ensuite testés sur un serveur de développement, puis un serveur qui est une copie quasi-conforme de la plateforme Hypothèses
  4. s’il s’avère qu’un des plugins testés répond bien à la demande initiale, qu’il est stable, ne mobilise pas trop de ressources informatiques et ne met pas en péril la sécurité de la plateforme, il est alors déployé sur Hypothèses et les carnetiers peuvent en bénéficier

Malgré toutes ces étapes, on ne peut cependant jamais connaître à 100% le fonctionnement d’un plugin avant son installation sur la plateforme en conditions « réelles ».

Plugins installés récemment sur la plateforme :

  • Cite
  • ISIDORE Suggestions
  • Hal
  • Kebo Twitter

Plugins à venir :

  • Thirteeen colors, qui permet une personnalisation étendue de Twenty Thirteen
  • un plugin permettant de choisir et d’appliquer une licence Creative Commons à chaque billet
  • un plugin d’insertion d’images sous licence Creative Commons
  • un plugin de coloration syntaxique, pour améliorer l’affichage du code informatique, utilisé comme sujet d’étude par certains carnetiers
  • MathJax, qui permet d’afficher proprement des formules mathématiques dans un billet
  • un plugin plus performant pour le partage des contenus d’Hypothèses sur les réseaux sociaux, avec notamment l’idée de se mettre en conformité avec la législation allemande
  • un plugin en remplacement de WP About Author, destiné à améliorer l’affichage du bloc de signature en fin des billets

Thèmes graphiques :

10 anciens thèmes, non maintenus par leur équipe de développement et présentant potentiellement des risques pour la sécurité de la plateforme, ont été supprimés cette année. Il a fallu en parallèle trouver un remplaçant à Magazine Basic, largement utilisé par les carnetiers. C’est le thème Hueman qui a été retenu.

Le thème graphique qui habille les portails d’Hypothèses va également être remplacé prochainement par un thème plus récent, afin de mieux mettre en avant les billets faisant l’objet d’un travail de valorisation éditoriale, et de faciliter la navigation via des appareils mobiles.

Il est important de garder en tête que les thèmes graphiques constituent des habillages qui sont tous amenés, dans des délais plus ou moins longs, à être modifiés ou à disparaître. Cela est lié à l’évolution des standards du web que certains thèmes graphiques ne peuvent parfois pas suivre, ainsi qu’à un impératif de sécurité qui constitue l’un des piliers du développement d’Hypothèses.

En tout état de cause, nous sommes garants de la pérennité de vos contenus, qui ne seront pas altérés lors de ces changements esthétiques.

D’une manière générale, tout ce travail de maintenance et de mises à jour techniques d’Hypothèses ne pourrait être réalisé sans le concours de l’équipe informatique du Cléo, que nous remercions.

Questions du public :

  • Quelle est la bonne pratique concernant la création de comptes utilisateurs sur un carnet et l’attribution d’un billet à un auteur donné ?

Il est préférable de créer un compte pour chaque auteur. Même si les billets sont tous publiés par la même personne, associer chaque billet à son véritable auteur est une bonne pratique qu’il faut systématiser. Elle garantit le référencement correct des contenus dans toutes les bases de données où sont indexés les billets d’Hypothèses. À noter qu’il est possible de créer un compte pour un auteur, même s’il ne l’utilise jamais. Cela permet simplement de pouvoir sélectionner son nom dans le menu “Auteur” de l’espace d’édition des billets qu’il a rédigés.

  • Est-il possible d’associer plusieurs auteurs à un seul billet ?

Beaucoup de demandes en ce sens ont été formulées auprès des équipes de développement de WordPress, ce qui indique que ce besoin dépasse largement celui exprimé par les seuls utilisateurs d’Hypothèses. Pour l’instant, aucune réponse positive n’a été donnée. En attendant, nous vous conseillons d’opter pour un nom d’auteur unique et d’indiquer par ailleurs, dans le corps de vos billets, la liste exhaustive de ses auteurs. Vous pouvez toujours choisir un nom d’auteur tel que “collectif” par exemple, mais ce n’est pas une pratique que nous recommandons, car cette métadonnée sera ensuite récupérée par différents moteurs d’indexation, sans qu’elle ne revête aucun caractère informatif permettant d’identifier la ressource qui lui est associée.

Validation et valorisation des carnets d’Hypothèses – Céline Guilleux (Cléo-OpenEdition / Hypothèses, Calenda, Chargée de validation scientifique)

Trois dynamiques en 2015 :

  1. rattrapage du retard et poursuite de la création des carnets
  2. remise en route du catalogage des carnets
  3. réflexion sur l’archivage des carnets
Assemblée 2015 2

Crédit photo : Benoît Desgirauds

1 – Rattrapage du retard et poursuite de la création des carnets :

  • plus de 30 carnets créés par mois en 2015
  • éléments mis en œuvre pendant le processus de candidature : ouverture d’esprit (toutes les candidatures sont traitées avec la même attention, quels que soient les projets éditoriaux et scientifiques qu’elles présentent) et accompagnement de la candidature (aucune candidature n’est refusée sans discussion préalable avec son auteur, par exemple en vue d’obtenir des informations éventuellement manquantes ou trop peu détaillées)
  • critères considérés pour valider les candidatures : rattachement académique et/ou lien avec la recherche scientifique. Thématique précise et projet éditorial clair
  • lorsque ces éléments ne sont pas clairement réunis, sans qu’il soit évident que nous devions pour autant écarter les candidatures concernées et lorsque les échanges avec les candidats ne nous ont pas apporté davantage d’informations, nous faisons appel au Conseil scientifique d’Hypothèses, afin de trancher. Le Conseil scientifique peut aussi être sollicité lorsque l’objet éditorial proposé est inédit ou atypique

2 – Remise en route du catalogage des carnets :

  • 445 carnets mis au catalogue d’OpenEdition au cours de l’année
  • principaux critères pris en compte pour le catalogage : au moins 3 billets, carnet “pris en main” (thème, widget, menus, etc.), crédits photographiques renseignés
  • le catalogage d’un carnet entraîne la création d’une notice, dont les informations peuvent être modifiées à la demande du rédacteur en chef du carnet. Une fois catalogué, le carnet est alors indexé dans le moteur de recherche d’OpenEdition, et il est possible de s’y abonner. Le carnet est alors également facilement visible et accessible par les acteurs de l’information scientifique et technique, qui peuvent en indexer les contenus
  • une fois catalogués, les carnets d’Hypothèses reçoivent en général un ISSN électronique. Cette attribution a lieu via la BNF, qui est le centre national des ISSN pour la France. Le fait que les centres ISSN acceptent d’attribuer des ISSN aux carnets est une victoire pour OpenEdition, en cela qu’elle montre une certaine reconnaissance des carnets de recherche en tant que véritables publications continues et leur offre une visibilité accrue. Ainsi, les carnets possédant un ISSN peuvent être intégrés au Sudoc et apparaître dans les catalogues des bibliothèques universitaires

3 – Réflexion sur l’archivage des carnets :

Le carnet est un objet dynamique. Lorsque les publications cessent sur un carnet, il est important de pouvoir le signaler aux lecteurs, ainsi qu’à toutes les bibliothèques et bases de données où le carnet est référencé. Mais l’archivage d’un carnet doit être réversible, ne pas entraver l’accès aux contenus, ni la possibilité de faire des commentaires et ne pas bloquer l’accès des administrateurs à leur carnet.

Questions du public :

  • Quid du dépôt de billets Hypothèses dans Hal ?

Le dépôt est possible parfois (catégorie “Autres publications -> Billets de blog”). Attention à ne pas laisser entendre que les billets ont le même statut qu’un article de revue. Si l’on prend au sérieux la fonctionnalité “CV” de Hal, alors il est logique de déposer dans Hal des billets spécifiques.

  • Les carnets sont-ils reconnus par le CNU ?

La reconnaissance peut passer par les cases déjà existantes, par exemple “Activités de valorisation”. Ne pas hésiter à montrer aussi la filiation entre un billet sur Hypothèses et un article qui a été finalement publié dans une revue, le cas échéant.

  • Est-il possible d’avoir un portail à l’échelle d’un laboratoire, agrégeant plusieurs carnets thématiques ou portés par les membres du laboratoire ?

C’est le cas par exemple sur ehess.hypotheses.org ou mmsh.hypotheses.org, qui agrègent les billets des carnets qui relèvent de ces institutions. Cela ne se fait que dans le cadre de partenariats ciblés à l’échelle du Cléo. Ce fonctionnement peut par ailleurs pose des problèmes documentaires et liés au droit d’auteur, notamment quand les carnets agrégés ne sont pas sur Hypothèses.

Valorisation des billets d’Hypothèses – François Pacaud (Cléo-OpenEdition, Responsable du service Hypothèses/Blogging scientifique)

Valorisation éditoriale sur les portails d’Hypothèses :

  • mise à la une sur les portails francophone et anglophone : billets sélectionnés chaque jour par l’équipe parmi l’ensemble des billets publiés sur la plateforme. Critères de sélection : tous les billets qui présentent un contenu scientifique avec une structuration minimum. Ainsi, ne sont pas mis en une les billets annonçant des évènements ou des appels à projets par exemple, puisqu’ils ont davantage leur place sur Calenda
  • mise en bandeau sur les portails francophone et anglophone : le billet qui en fait l’objet est sélectionné par l’équipe. Un travail iconographique est fait autour de ce billet. Le choix des billets mis en bandeau est pensé pour refléter la diversité thématique de la plateforme. Nous privilégions par ailleurs les billets structurés, illustrés et sourcés
  • c’est Martin Clavey, journaliste scientifique et ex-membre de l’équipe d’Hypothèses, qui assure actuellement la mise à la une et la mise en bandeau des billets, en tant que prestataire externe
  • Le Conseil scientifique d’Hypothèses participe au processus de valorisation éditoriale en recommandant les contenus à mettre en une ou en bandeau, notamment via Twitter
  • Sur le portail hispanophone, ce sont nos partenaires de l’UNED qui s’occupent de cette valorisation
  • Sur le portail germanophone, la valorisation éditoriale est réalisée par nos partenaires de l’IHA à Paris et de la Fondation Max Weber à Bonn

Sur le portail multilingue d’Hypothèses sont agrégés automatiquement les contenus mis en avant sur les différents portails linguistiques. En bandeau, nous alternons les langues représentées

Valorisation éditoriale sur les réseaux sociaux :

Forte activité d’Hypothèses sur Twitter (5 500 abonnés) et Facebook (2 900 mentions “j’aime”). Republication automatique de certains contenus, accompagnée d’un choix de l’équipe. Les réseaux sociaux servent également à relayer certaines actualités concernant l’équipe et le Cléo (formations, événements, offres d’emploi, etc.).

Autre projet de valorisation éditoriale :

Le carnet Anthology sera bientôt en ligne. Il s’agira d’un carnet “best of”, géré par l’équipe d’Hypothèses, qui choisira chaque mois plusieurs billets remarquables, parmi lesquels le CS d’Hypothèses choisira “le billet du mois”. Celui-ci sera traduit en anglais par nos partenaires de l’INIST. Ce carnet permettra de proposer aux lecteurs d’Hypothèses une nouvelle porte d’entrée vers la plateforme et ses contenus. L’idée est également d’élargir le lectorat anglophone d’Hypothèses et de contribuer à la structuration de la communauté des carnetiers anglophones.

Projets de valorisation portés par des carnetiers :

  • Parcours est un carnet animé par Mélodie Faury et Marie-Anne Paveau, qui va explorer Hypothèses en créant de nouveaux parcours thématiques parmi les contenus de la plateforme, en toute subjectivité. C’est aussi l’occasion de mettre en place des projets plus ludiques, comme par exemple l’élection du carnet du mois
  • Émergences est hébergé par la plateforme de blogs du quotidien Le Monde. Il traite de sujets d’actualité en lien avec les sciences humaines et sociales, tout en faisant des liens vers les carnets d’Hypothèses qui abordent ces sujets

Questions du public :

  • Comment s’explique la structuration lente de la communauté anglophone sur Hypothèses ?

Il n’y a pas de partenariat clairement identifié et structuré pour l’instant  qui permettrait de faciliter le développement anglophone d’Hypothèses, sur le même modèle que celui des communautés germanophone et hispanophone. Cela s’explique notamment par le fait qu’il n’existe pas de “communauté anglophone”, tant les différences sont importantes entre les différentes aires géographiques et culturelles qui parlent anglais. Ceci étant, l’anglais reste la seconde langue sur Hypothèses, en termes de nombre de publications. Mais il s’agit de carnets implantés dans des environnements différents et ils ne constituent donc pas une réelle communauté. Pour autant, leurs auteurs bénéficient d’une liste d’information dédiée – hypocommunity – qui est l’équivalent de la liste des carnetiers. Mais nous ne sommes pas encore à la masse critique qui permettrait de faire de cette liste un réel espace d’échanges et de discussions entre les carnetiers anglophones. Les réflexions en cours sur le multilinguisme d’Hypothèses (et d’OpenEdition plus largement), notamment au niveau des portails de la plateforme, permettront également, en donnant une meilleur lisibilité et visibilité aux contenus anglophones, de faciliter l’intégration des communautés qui produisent ces derniers et qui ne se sentent souvent pas parfaitement à l’aise dans des environnements multilingues. Pour autant, le but du jeu n’est pas de ranger chaque communauté dans une boite hermétique et de ne proposer que des contenus en anglais à notre communauté anglophone.

  • Quid des portails lusophone et italophone, qui avaient été présentés lors de la précédente Assemblée des carnetiers ?

Nous relançons actuellement le partenariat avec le Centre de recherche en anthropologie de Lisbonne autour de LusOpenEdition. Il semble néanmoins peu probable que nous soyons en mesure de créer une communauté lusophone et un portail dédiée sur Hypothèses en 2016.
Côté Italie, nous mettons en ce moment en place le projet et le portail d’information OpenEdition Italia, qui sert de point d’ancrage du développement des quatre plateformes d’OpenEdition vers la communauté italophone. Un Conseil scientifique a été constitué. Il se réunira prochainement et nous évaluerons alors la possibilité de constituer une communauté italophone en tant que telle et de créer un portail dédiée sur Hypothèses. Nous avons déjà quelques carnets italiens très actifs et plusieurs partenariats bien identifiés en Italie.

Retour d’expérience N°1 – Arthur Charpentier (Rédacteur en chef du carnet Freakonometrics)

Le travail d’Arthur Charpentier (AC) le place à la frontière entre les sciences humaines et sociales et les sciences “exactes”. Le nom du carnet se réfère à Freakonomics, avec l’idée que l’on peut parler de modèles économiques d’une façon un peu décalée. Freakonometrics est un carnet personnel, où AC s’intéresse à l’économétrie, également sous un angle ludique et décalé. Son premier blog a été créé en 2007 sous l’impulsion de l’Université de Rennes 1. Le projet s’est avéré très intéressant, notamment en termes d’enseignement. Mais AC était gêné par le fait d’avoir son nom en page d’accueil. Il a donc préféré changer d’hébergeur et prendre le pseudonyme Freakonometrics, sans pour autant cacher sa véritable identité. Derrière ce choix, l’idée défendue est que le blog n’est pas fait pour se mettre en avant, c’est avant tout un espace personnel créé “pour s’amuser”. Les nombreux lecteurs constituent un aspect positif et intéressant, mais à ses yeux cela est presque secondaire.

Assemblée 2015 2

Crédit photo : Benoît Desgirauds

Après un piratage de son compte, AC a ensuite décidé de migrer son compte sur Hypothèses, optant pour un hébergement plus sécurisé, quitte à perdre en souplesse en termes de personnalisation graphique. Il a pu s’approprier son carnet Hypothèses de façon à ce qu’il continue à le revendiquer comme son blog personnel, tout en faisant partie d’une plateforme plus vaste. Ceci étant, sa conception du blogging étant avant tout personnelle, ses interactions avec les autres carnetiers ne sont pas nécessairement au centre de son activité.
Il ne faut pas sous-estimer le processus de migration, qui peut parfois s’avérer complexe et au cours duquel certaines données, notamment des images, peuvent être perdues. Aussi, il incite fortement les blogueurs à choisir une plateforme en fonction de leur projet éditorial, de façon à éviter de devoir effectuer une migration quelques années plus tard par manque d’adéquation de l’outil avec leurs besoins.

Même s’il a accès à certaines données quantitatives en termes de fréquentation de son carnet, il est difficile de savoir précisément qui sont les lecteurs de Freakonometrics. AC a mis en place une enquête de lectorat via un billet, mais a reçu peu de réponses. Environ 130 personnes ont répondu, dont beaucoup d’anciens élèves. Au moins la moitié avaient déclaré posséder un doctorat, mais souvent sans lien direct avec les thématiques du carnet. Il s’agissait notamment de cartographes et de géographes, intéressés par la création de liens trans-disciplinaires. Le blog permet en cela de s’extraire de sa communauté disciplinaire habituelle.

Les questions posées sur le carnet et auxquelles ses billets tentent de répondre sont issues des cours donnés par AC, mais aussi d’échanges sur Twitter ou d’articles de journaux par exemple. Beaucoup de ses billets  sont publiés en anglais par souci de permettre une compréhension facilitée au plus grand nombre. À chaque fois, des réponses sont apportées  aux questions posées, en citant les sources utilisées et en donnant accès à des graphes et des codes, pour montrer que tout ce qui est présenté sur le carnet est reproductible. Il n’y a aucune notion de propriété associée aux graphes présents sur le carnet.

Les billets sont accessibles à tous, mais servent parfois spécifiquement à dynamiser certains points techniques des cours. Il peut également s’agir de démontrer a posteriori des éléments de cours abordés de manière erronée. L’utilisation de gif animés est très utile dans ce contexte.

D’autres billets peuvent être des “coups de gueule” en réaction à certaines actualités ou certains articles parus dans la presse.

Certains billets sont quant à eux écrits uniquement pour s’amuser, comme par exemple le billet tentant de répondre à la question “travaille-t-on mieux en buvant plus de café ?” Mais souvent, ces billets “pour s’amuser” servent à des travaux de recherche, pas forcément réalisés par AC. C’est une source de satisfaction.

Globalement, il y a dans les billets d’AC beaucoup d’éléments complémentaires à son travail de recherche, qu’il ne peut pas développer dans des publications académiques classiques. C’est un espace de construction, qui témoigne de l’avancement progressif des réflexions et du travail de recherche, et sert de mémoire à ce travail.

Autre objet éditorial : la chronique Somewhere else, qui consistait à structurer sous forme d’un billet de blog la veille hebdomadaire réalisée par AC sur Twitter.

Tous les billets sont produits et signés par AC, même s’ils peuvent parfois découler d’interactions avec des collègues ou des étudiants, qui sont alors cités. Mais cela peut parfois conduire à des situations délicates et c’est pourquoi AC encourage ses étudiants à ouvrir leur propre blog, ce qui permet de partager des choses, de confronter des points de vue et de trouver rapidement un style d’écriture.

Les cours et les publications scientifiques d’AC sont mis en avant sur la page d’accueil du carnet, pour légitimer ses billets. On trouve également des liens vers les réseaux sociaux professionnels et un CV, qui s’inscrivent dans la même logique de légitimation.

En conclusion, il existe des limitations techniques à n’importe quelle plateforme, dont Hypothèses, mais il y a surtout un manque de connaissance parfois sur les possibilités techniques des outils que l’on utilise. Par exemple, passer par une iframe pour insérer une carte plutôt que de chercher un plugin dédié. Idem pour les formules mathématiques : il est impossible d’afficher du code de manière propre via un plugin sur Hypothèses, mais il est possible d’utiliser un service tiers afin d’héberger le code et de l’afficher sur son carnet. La limite étant bien sûr que la pérennité des données est alors soumise à la survie de l’hébergeur tiers.
On apprend beaucoup de choses en ce sens via la liste des carnetiers. On pourrait d’ailleurs imaginer de voir publiés sur la Maison des Carnets des billets rédigés par la communauté, pour mettre en avant certaines bonnes pratiques qui seraient profitables à toutes et tous.

Retour d’expérience N°2 – Patrick Peccatte (Rédacteur en chef du carnet Déjà Vu)

La carrière de Patrick Peccatte (PP) n’est pas ancrée dans le paysage des SHS. Sa formation initiale concerne les mathématiques. Il s’est ensuite tourné vers l’informatique, notamment dans la presse, puis s’est spécialisé dans les bases de données d’images et les standards des métadonnées.

Assemblée 2015 2

Crédit photo : Benoît Desgirauds

Il lance en janvier 2007 le projet PhotosNormandie. Il découvre alors le blog d’André Gunthert concernant les archives de la recherche en histoire visuelle et s’intéresse de près à la culture visuelle. En 2008, PP créé le blog Du bruit au signal, désormais inactif. Il rejoint la plateforme Culture Visuelle – elle-même créée par André Gunthert – en 2010 et participe au comité d’édition de la plateforme. PP arrive sur Hypothèses en 2014, lors de la migration de 26 blogs de Culture Visuelle sur la plateforme.

Le blog Déjà Vu, qui possède un ISSN, s’inscrit dans la continuité de son activité professionnelle, du projet PhotosNormandie et de ses deux précédents blogs. Sur le carnet est présentée une sélection d’articles jugés les plus aboutis par PP. On y trouve également une entrée par mots-clefs, qui reflètent l’activité professionnelle de PP (journalisme, presse, métadonnées, projet PhotosNormandie, crowdsourcing, redocumentarisation, etc.).

Exemple de sujet abordé sur le carnet : étude comparative des photographies de Robert Capa prises juste après le débarquement, avec des clichés réalisés par d’autres photographes. Cette analyse s’étale sur plusieurs billets.

Le carnet est construit autour de plusieurs fils directeurs, avec la présence de dossiers thématiques (par exemple « la figuration de la guerre dans la culture ordinaire »). Leur construction a nécessité d’explorer le web. Internet peut-être considéré comme un supermarché des images où l’observateur va créer des coupes et des sélections. Le web des images est flasque mais il n’est pas inorganisé. Il possède une structure faible, floue et très peu apparente pour l’observateur. On peut l’explorer grâce à des méthodes spécifiques et il est possible d’en extraire des échantillons cohérents et représentatifs, que PP qualifie de “vues fragmentaires structurées du web des images”. Ce point de vue est illustré sur le carnet Déjà Vu via plusieurs billets/dossiers thématiques.
Exemples : évolution de la charte graphique du périodique Popular science. Analyse des bandes sonores des films sur la guerre du Vietnam.

Mise en place également de stratégies heuristiques : tomber sur des images isolées, puis construire à partir d’elles une base de ressources pour la thématique de recherche dont il est question. Exemple du billet : “La noirceur du petit ramoneur”.

Le carnet présente également des stratégies mixtes.
Exemple : construction du symbole américain du fusil figé dans le sol avec un casque accroché dessus. Ici, la stratégie heuristique est couplée à la “force brute”, nécessaire pour explorer certains corpus, comme par exemple celui des archives de films américains.

Les comics, la culture pop et les pulp magazines faisant partie des domaines de prédilection de PP, il a été amené à réaliser des analyses croisées de différents corpus concernant des sujets assez étranges, tels que les films de nazi sexploitation.

Dernièrement, il s’est par exemple intéressé à l’imagerie des dinosaures dans les pulp magazines et les comics. Il a pour ce faire analysé environ 2 000 images et construit de petites bases de données grâce au moteur SQL Lite.

PP considère toutes les techniques documentaires qu’il présente ici dans le domaine de l’étude des images comme du “bricolage”. Pour PP, le web sémantique est une utopie et l’étude des images doit utiliser le web actuel, en exploitant le désordre qui lui est propre. Le web des images est un terrain de jeu que l’on doit parcourir selon des méthodes d’accès ad hoc, permettant d’extraire des vues fragmentaires structurées.

Questions du public :

  • Quels sont les critères pour se lancer sur Hypothèses ? Pour rejoindre la communauté Culture Visuelle sur Hypothèses, quelle est la procédure ? Au-delà, quel investissement prévoir avant de se lancer dans l’animation d’un carnet sur Hypothèses, a fortiori pour arriver à une telle richesse ?

Tenir un carnet est très chronophage. Pour la question de la création et de l’agrégation, il faut d’abord faire valider son projet par l’équipe d’Hypothèses. La question de l’agrégation viendra dans un second temps. Il ne faut pas hésiter à se lancer, l’idée étant d’expérimenter, quitte à ne pas atteindre son objectif. La visibilité est progressive et une plateforme comme Hypothèses offre beaucoup plus de souplesse que des supports plus classiques de publications académiques.

Retour d’expérience N°3 – Philippe Cibois (Rédacteur en chef du carnet La question du latin)

Carnet débuté en 2009 avec à l’époque environ 50 visites par jour. Aujourd’hui plus de 600 visites par jour, le seuil de saturation étant peut-être atteint.

Assemblée 2015 2

Crédit photo : Benoît Desgirauds

Dans les années 50, l’enseignement du latin au Lycée était une évidence indiscutable. Philippe Cibois (PC) s’en rappelle comme d’une obligation assez peu agréable. Il a pour autant incité ses propres enfants à faire du latin lors de leur entrée au lycée. Les raisons de ce paradoxe sont au cœur de la création de son carnet. Il les a étudiées d’un point de vue sociologique et a souhaité publier son travail sous forme de livre. Néanmoins, en raison de blocages au niveau des maisons d’éditions, il rencontre des difficultés à le faire publier. Pourquoi ? Parce que PC remettait en cause dans ce livre l’enseignement du latin. En effet, selon PC, les thèmes classiques qui justifiaient l’enseignement du latin n’étaient en vérité plus tenables. Le Lorem ipsum montre par exemple que le latin est devenu le symbole de l’incompréhension.

L’ouvrage sera tout de même publié aux Classiques des sciences sociales. Mais de cette entreprise découlera l’idée et la volonté d’ouvrir un carnet destiné aux professeurs de latin, pour leur parler de l’histoire de l’enseignement, de comparaisons inter-générationnelles, de statistiques… Le carnet ouvre en novembre 2009 et reprend, en les développant, les axes de l’ouvrage.

PC y évoque par exemple la vision bourdieusienne du latin, qui lui confère une portée élitiste. Il procède à une mise en perspective en montrant que Bourdieu lui-même utilise le latin (et le grec) dans ses textes.

Au-delà de Bourdieu, il y a une dynamique sociale du latin. Le latin a été longtemps abondamment enseigné, car il est associé à l’élitisme et qu’il imbibe notre culture scientifique et artistique notamment. Le latin est toujours très présent dans notre langage courant (in fine, a fortiori, curriculum vitae, etc.), y compris depuis l’enfance (ex-aequo, etc.). Là où l’anglais est universel, le latin est également intemporel, en cela qu’il ajoute une dimension historique à l’universel.

Le revers de la médaille de cet aspect élitiste du latin est une forme de complexe de celles et ceux qui n’en n’ont jamais fait. Présent notamment chez les professeurs de français, dont seulement 20% d’entre eux ont fait du latin.

PC discute avec les enseignants via les commentaires sur son carnet. Son idée est de développer une méthode d’apprentissage du latin à partir des expressions latines du français. Il acquiert une certaine reconnaissance, via son carnet, de la part des professeurs de latin. Cette notoriété conduit à une convocation de l’inspection générale des langues anciennes. L’inspection apprécie l’approche et les idées de PC concernant l’enseignement du latin.

PC utilise son carnet pour développer de nouveaux sujets, au-delà de l’ouvrage initial. Il propose notamment une méthode de présentation de sous-titrage, issue de la programmation structurée et permettant d’avoir deux modes de lectures : l’ordre du latin d’origine et l’ordre du français.

Il présente également des questions de recherche, telles que la question de la sténographie en latin. Il rassemble la littérature et fait le point sur ces différents sujets.

PC parle également par exemple de Linné, qui parle latin. Cela donnera naissance à un livre.

Via ses travaux autour de son carnet, PC découvre également un nouveau public : les élèves. Il lit notamment un sondage indiquant que les avis des élèves au sujet du latin, ou plus précisément de son enseignement, sont très négatifs.

Il tire de son expérience un constat partagé avec les enseignants de latin : il y a une catégorie de parents qui cherche des bonnes classes et qui utilise les classes bi-langues ou les sections européennes pour ce faire. Mais il y a aussi des parents qui veulent que leurs enfants fassent du latin pour de bonnes raisons. Autre constat : il y a des difficultés d’apprentissage. La conscience linguistique nécessaire pour appréhender le système des “cas” est difficilement acquise avant 13-14 ans. Constat également d’un manque de candidats pour les examens de Capes option langues et civilisations de l’Antiquité. Là où le constat n’est pas partagé, c’est sur la réforme du collège : PC soutient l’idée que le latin doit être enseigné et proposé à tous via l’enseignement du français et des enseignements pluri-disciplinaires.

Évolution des outils d’accompagnement des carnetiers – Michel Tamarin (Cléo-OpenEdition / Hypothèses, Chargé de projet web) et François Pacaud (Cléo-OpenEdition, Responsable du service Hypothèses/Blogging scientifique)

Un chantier est en cours au sein de l’équipe d’Hypothèses, en vue de faire évoluer les outils d’accompagnement de la communauté des carnetiers. Les carnetiers disposent actuellement :

Limite de l’utilisation de la liste des carnetiers : beaucoup de questions récurrentes et beaucoup de questions techniques. Un accès aux archives très peu ergonomique. Peu de place pour les discussions d’ordre éditorial. On pourrait par exemple imaginer que cette liste serve davantage à la valorisation de certains carnets/projets éditoriaux, ou encore qu’elle soit un lieu d’échange autour du blogging scientifique.

Indépendamment de cette évolution potentielle, le rôle de support technique doit continuer à être assuré par l’équipe d’Hypothèses. Or, dans l’absolu, nous pourrions opter pour un outil plus adapté que la liste des carnetiers pour ce faire.

Un support-forum pourrait jouer ce rôle. Il s’agit d’un forum, comportant un moteur de recherche et un accès facilité aux différentes questions ayant déjà été traitées. L’idée serait de coupler cet outil avec ceux déjà en place, en optant par exemple pour un plugin qui permettrait d’afficher le support-forum directement sur la Maison des carnets. Les carnetiers pourraient s’y connecter avec leurs identifiants WordPress.

Questions du public :

  • Une FAQ mise à jour régulièrement ne serait-elle pas la solution ? Par ailleurs, la motivation à répondre pour les carnetiers viendrait plus facilement dans le cas de réponses à des questions particulières, appelant à transmettre des astuces, plutôt que lorsqu’il s’agit de donner des informations basiques et générales, relevant alors du travail de l’équipe.

L’idée est bien celle-ci, avec un outil plus dynamique, capitalisant sur les échanges de bonnes pratiques des carnetiers, qui seraient invités à alimenter ce support-forum autant que l’équipe d’Hypothèses.

Marin Dacos : les questions récurrentes ne doivent pas être diffusées sur la liste. Les utilisateurs doivent être renvoyés individuellement vers la ressource susceptible de d’apporter une réponse. Par exemple une fois par semaine, un mail peut être envoyé à la liste des carnetiers pour signaler ces questions et indiquer leur présence dans la FAQ, une fois qu’elle y auront été reportées et que l’équipe y aura répondu.
Il faut faire attention avec le support-forum, car c’est un nouvel outil, qui implique donc des charges technique et de travail supplémentaires. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas le faire, mais peut-être peut-on commencer par optimiser l’utilisation des canaux existant.
Il faut également capitaliser sur ce que chaque carnetier est amené à produire sur son propre carnet en matière de tutoriel. L’équipe d’Hypothèses encourage la communauté à procéder ainsi et peut par exemple valoriser ces productions en les republiant sur la Maison des carnets.

Conclusion générale – Marin Dacos (Cléo-OpenEdition, Directeur)

Il y avait dans les témoignages aujourd’hui quelques sujets “tue-l’amour”, pourtant présentés de manière très attractive par les carnetiers. Des sujets très complexes nous ont été présentés de façon intéressante et simple, faisant par là-même un lien fort entre science et société. Au-delà de l’intérêt académique de nos travaux et publications, il y a bien cet intérêt de faire société, mais aussi de tester des hypothèses (d’où le nom de la plateforme) et de s’amuser ! Les publications sur Hypothèses sont des bouteilles jetées à la mer, mais nous savons qu’elles arrivent toujours à destination, par le travail des carnetiers et celui de l’équipe d’Hypothèses.

L’un des enseignements des témoignages d’aujourd’hui est que ces bouteilles à la mer arrivent parfois à des destinataires inconnus. Le public que l’on atteint n’est pas toujours celui que l’on vise au départ.

On pourrait imaginer une collection de livres estampillés “Hypothèses” et qui termineraient le travail amorcé sur la plateforme.

L’équipe d’Hypothèses va continuer à faire évoluer la plateforme, ainsi qu’à maintenir et à développer les services qui lui sont associés (création et catalogage des carnets, valorisation éditoriale, etc.), tout en laissant s’exprimer la créativité et l’inventivité des carnetiers.

Image à la une : Benoît Desgirauds

Citer ce billet : “Retour sur l’Assemblée des carnetiers d’Hypothèses 2015-2016”, par François Pacaud. Publié sur La Maison des carnets le 8 décembre 2015. Lien : http://maisondescarnets.hypotheses.org/2783.

François Pacaud

Responsable du service blogging scientifique / Head of science blogging department (Cléo/OpenEdition)

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInFlickr

François Pacaud

Responsable du service blogging scientifique / Head of science blogging department (Cléo/OpenEdition)

Vous aimerez aussi...