Archives de catégorie : Premiers pas

Personnalisation et configuration avancée

Lors de l’ouverture d’un carnet, celui-ci est préconfiguré. On peut chercher à le personnaliser à plusieurs niveaux.

Personnalisation de la maquette

Elle est accessible par le menu « Apparence ». Ce menu permet de choisir son thème, de personnaliser le bandeau de ce thème et les différentes barres de menu du carnet.

Choisir son thème

A l’heure actuelle Hypothèses propose quatre thèmes, dont l’un, Photopress, est un photoblog : il est dédié à la publication d’images.

Personnaliser son bandeau

Tous ces thèmes permettent de personnaliser la photo de fond du bandeau en suivant le lien « Image d’en-tête».

Illustration 18 : Personnaliser son bandeau
Illustration 18 : Personnaliser son bandeau

On est alors conduit vers une page permettant de charger la photo qui sera utilisée en image de fond du bandeau. Cette photo peut être de n’importe quelle taille. L’outil de chargement l’adaptera automatiquement à la taille de 940×198 pixels. Il est par conséquent déconseillé de charger une image de taille inférieure, qui sera pixelisée et donc « floutée ». Une image plus grande en revanche permettra un recadrage conforme à ce que l’on souhaite.

Illustration 19 : recadrer l’image d’en-tête
Illustration 19 : recadrer l’image d’en-tête

On peut recommencer l’opération autant de fois qu’on le désire, ou bien tout annuler.

On peut aussi choisir la couleur du texte de son titre. Il faut dans ce cas-là choisir une couleur qui favorise sa lisibilité.

Personnaliser son arrière-plan

Le thème Twenty ten permet de personnaliser l’arrière-plan du carnet en suivant le lien “Arrière-plan”.

Illustration 20 : personnalisation de l’arrière-plan
Illustration 20 : personnalisation de l’arrière-plan

Agencement et page d’accueil

Le thème Magazine basic permet de configurer l’agencement du carnet, c’est-à-dire de choisir le nombre de colonnes utilisées et la disposition de l’information. Il dispose ainsi de sa rubrique dédiée (elle figure tout en bas de la barre des menus de l’espace d’édition).

Illustration 21 : agencement avec Magazine Basic
Illustration 21 : agencement avec Magazine Basic

Il permet aussi de modifier l’organisation des billets affichés sur la page d’accueil du carnet.

Illustration 22 : réglage de la page d’accueil avec Magazine Basic
Illustration 22 : réglage de la page d’accueil avec Magazine Basic

Personnaliser les colonnes latérales

Sur le site public, à droite du flux temporel de billets, les carnets disposent de deux colonnes étroites où toutes sortes d’informations peuvent apparaître.

Dans le tableau de bord, dans la rubrique « Apparence », le lien « Widgets » permet de personnaliser les informations qui apparaissent dans ces colonnes. Il suffit de sélectionner dans la partie “Widgets disponibles” les fonctionnalités à afficher et de les faire glisser à droite dans l’une des zones de widgets, ou encore appelée “sidebar”.

Illustration 22 : zone de widgets
Illustration 22 : zone de widgets
Illustration 23 : ajouter un widget par glisser/déposer
Illustration 23 : ajouter un widget par glisser/déposer

On peut alors modifier certaines de leurs propriétés ou bien fournir l’information nécessaire afin de les activer. Il faut impérativement cliquer sur “enregistrer” une fois les modifications faites. Il n’y a pas de prévisualisation de ces changements.
Pour les supprimer, il faut cliquer sur le bouton “supprimer” au bas du widget lorsqu’il est déplié.

Les widgets ne s’épuisent pas, c’est-à-dire qu’il est possible d’utiliser le même type de widget autant de fois qu’on le souhaite.

Parmi tous les widgets disponibles, certains ont des propriétés particulières.
Le widget « Texte » : permet d’insérer de courts textes qui peuvent être mis en forme au moyen de balises HTML (par exemple pour insérer un hyperlien).
Le widget « Flux » : permet de syndiquer les dernières publications en provenance d’un site extérieur. Il ne faut pas abuser de ce widget car il ne dispose pas de cache. Utilisé en trop grand nombre, il ralentit considérablement l’affichage des pages.
Le widget « Liens » : permet d’afficher l’annuaire de liens (voir « Les objets définis par la plateforme »), éventuellement classés par catégories.

Conseil : on peut techniquement placer ses widgets dans n’importe quel ordre. Le bon sens recommande cependant de privilégier un classement logique. On peut par exemple utiliser la colonne 1 pour afficher tout ce qui concerne l’actualité du carnet lui-même (bloc de texte, annuaire, agenda, derniers billets, catégories) et la colonne 2 pour ses liens avec des sites extérieurs (Annuaire de liens, RSS divers)

Attention : toute modification apportée au niveau d’une colonne latérale ou dans les widgets qui y figurent doit être validée par un clic sur le bouton « Enregistrer » du widget modifié, faute de quoi la modification ne sera pas enregistrée.

Illustration 24 : enregistrer les modifications des widgets
Illustration 24 : enregistrer les modifications des widgets

D’autre part, un changement de thème fait perdre l’affichage des widgets. Néanmoins leur configuration n’est pas pour autant perdue et il est possible de les retrouver dans la section “Widgets désactivés”. Il faut alors les faire glisser dans la zone principale des widgets pour qu’ils soient de nouveau actifs.

Personnaliser la page d’accueil

On peut, pour finir, personnaliser la page d’accueil de son carnet. Parmi bien d’autres possibilités, le menu « Réglages » puis « Lecture » permet de définir le nombre de billets y figurant, en texte intégral ou sous forme d’extraits.

Illustration 25 : personnalisation de la page d’accueil
Illustration 25 : personnalisation de la page d’accueil

Il est également possible de choisir une page ou un billet comme page statique du carnet. Cependant cette pratique va à l’encontre du dynamisme de la publication légère que permet le blog et désoriente le lecteur qui s’attend à trouver immédiatement les derniers billets publiés en page d’accueil. Cette pratique n’est donc pas recommandée.

Configuration générale

On accède à ces options dans la rubrique « Réglages ». Les fonctionnalités qui s’y trouvent permettent de configurer le cadre général du carnet. On en retient trois principales :
Général : permet de modifier le titre et le sous-titre principalement
Options de discussion : permet de choisir les options qui composeront la politique de modération des commentaires du carnet
TinyMCE Advanced : permet d’ajouter des fonctionnalités à la barre d’édition des billets et des pages.

Gestion des utilisateurs

La rubrique “Utilisateurs” permet de gérer le compte de chaque contributeur. Le rédacteur en chef, qui a le rôle d’administrateur, peut ajouter des utilisateurs à qui il doit ensuite attribuer un rôle.

A chaque rôle correspond des droits différenciés :
Abonné : peut lire et commenter
Contributeur : peut créer et éditer ses billets, mais ne peut pas les publier
Auteur : peut publier ses billets
Editeur : peut publier et éditer aussi les billets des autres
Administrateur : a tous les droits

Remarque importante : sur la page d’édition des profils d’utilisateurs, il faut absolument renseigner les champs “prénom” et “nom” et configurer le champ « Nom à afficher publiquement » pour faire apparaître une signature du type « Prénom Nom » plutôt que « Login » en bas de chaque billet.
L’identification prénom – nom des auteurs est importante pour le référencement des carnets et de la plateforme, la citabilité des billets et l’intégration d’Hypothèses dans des annuaires scientifiques tels qu’Isidore.

 

Illustration 26 : configurer l’affichage public de son identité
Illustration 26 : configurer l’affichage public de son identité

Les extensions

Les extensions ou “plugin” augmentent les possibilités offertes par WordPress. La plateforme Hypothèses en propose un certain nombre, activées par défaut sur tous les carnets.
Afin d’ajouter de nouvelles fonctionnalités, l’équipe d’Hypothèses met régulièrement en place de nouvelles extensions.
Ces dernières s’affichent dans le tableau de bord et sont parfois configurables, mais elles ne sont pas désactivables.
Pour des raisons de stabilité, de performance et de sécurité de la plateforme, les carnetiers ne peuvent pas ajouter des extensions par eux-mêmes. En revanche, ils sont invités à faire part à l’équipe Hypothèses de leurs nécessités.

Éditer et publier des billets et des pages sur son carnet de recherche

Les objets définis par la plateforme

Billet : c’est le type le plus courant; les billets sont les textes régulièrement écrits qui nourrissent le carnet ; ils apparaissent dans la maquette par ordre chronologique inverse.

Page : il s’agit de textes de présentation généraux, dégagés du flux temporel, destinés à être affichés en permanence dans la barre de menu horizontale dans la maquette.
Lien : permet de gérer un « annuaire de sites ». Un lien correspond à une entrée dans cet annuaire de sites.
Tag : ce sont les mots clés libres attachés aux billets.
Catégorie : des mots clés aussi, mais qui peuvent être hiérarchisés. Correspond davantage à un usage de type thésaurus.
Catégorie de liens : permet de classer les liens par catégories.

Créer un nouveau billet

En cliquant sur « Ajouter » dans la rubrique “Billets”, on ouvre une page d’édition d’un nouveau billet. Cette page est composée de différents champs qu’il s’agit de compléter. L’interface est intuitive. Quelques éléments d’information permettent cependant d’aller plus vite.

Illustration 7 : créer un nouvel article
Illustration 7 : créer un nouvel article

La barre d’édition du champ de texte

Le champ de corps de texte d’édition d’un billet est équipé d’une barre de boutons permettant de mettre en forme très simplement son texte.

Ce mode d’édition, sélectionné par défaut est appelé « Visuel » dans l’interface d’édition. On le repère par le moyen de l’onglet situé à droite au dessus de la barre d’édition.

Illustration 8 : modes d’édition
Illustration 8 : modes d’édition

En cliquant sur l’onglet « HTML », on peut éditer directement le code de mise en forme (HTML) du texte. Il est déconseillé d’utiliser ce mode d’édition sans avoir une connaissance minimale du langage HTML. Il est cependanparfois nécessaire de l’utiliser pour corriger des erreurs de mise en forme.

Par défaut la barre d’édition en mode « visuel » est repliée, ne laissant apparaître que les boutons les plus simples. Pour la déployer et l’utiliser pleinement, il faut appuyer sur le bouton le plus à droite de la barre.

Illustration 9 : bouton de déploiement
Illustration 9 : bouton de déploiement

Apparaissent alors de nouvelles fonctionnalités, permettant en particulier de structurer le corps de texte (Format).

Illustration 10 : barre d’édition déployée
Illustration 10 : barre d’édition déployée

Un bouton très utile permet de copier-coller du texte depuis un document Word. Il permet notamment de nettoyer le contenu ainsi transféré de la plupart des scories de mise en forme produites par le traitement de texte.

Illustration 11 : bouton copier-coller depuis un document Word
Illustration 11 : bouton copier-coller depuis un document Word

Les autres champs

Parmi eux on relève :

Le champ Auteur (au bas de l’espace d’édition du billet) : par défaut, il s’agit de la personne connectée, mais il est possible d’attribuer un billet à un autre rédacteur en choisissant le nom correspondant dans le menu déroulant.

Illustration 12 : champ auteur
Illustration 12 : champ auteur

Le bloc de fonctions de droite

Illustration 13 : les fonctions de gestion de l’article
Illustration 13 : les fonctions de gestion de l’article

Le bloc “Publier” : ce bloc permet de gérer le statut de publication du billet. On peut enregistrer un billet en cours de rédaction sans le publier, ou le publier directement. Le statut intermédiaire « en attente de relecture » distingue les billets presque prêts des brouillons.
Par défaut, la date de publication est la date du jour. Il est possible de la modifier manuellement.

Le bloc “Catégories” : permet de sélectionner les catégories adéquates au billet.

Le bloc “Image à la une” : permet de sélectionner une image afin qu’elle apparaisse à la une du carnet.

Les pages

Elles fonctionnent exactement comme les billets mais bénéficient de fonctionnalités supplémentaires. Ainsi, il est possible de les hiérarchiser (champ « Attributs de la page »), de les ordonner (champ « Ordre ») ou encore de leur attribuer une mise en page particulière (avec ou sans la colonne d’option de droite).

Illustration 14 : créer une page
Illustration 14 : créer une page

Insérer des médias (images, vidéos, sons, tous fichiers)

Droit de propriété intellectuelle des images

Quel que soit le type de document à insérer (textes, vidéos, enregistrements sonores…), s’il est protégé par une licence classique de type copyright, il est indispensable d’obtenir l’autorisation de l’auteur avant de le publier ainsi que de le créditer :
– au bas du document, si celui-ci est intégré dans un billet ou dans une image
– dans la page crédit, s’il est intégré dans le bandeau d’en-tête du carnet.

Les licences Creative Commons permettent quant à elles la diffusion du document mais ne dispensent jamais de la mention de l’auteur.

Pour trouver des images sous licence Creative Commons, on peut cocher l’option de recherche “ne rechercher que des contenus sous licence Creative Commons” dans le système de recherche avancé de Flickr.
D’autres outils, comme FlickrCC, permettent d’obtenir des images sous licences libres (Creative Commons ou domaine public) exclusivement.
Les documents en ligne sur Internet Archive sont tous sous licence libre. Sur des sites de publication et de partage tels que Youtube ou Viméo, il est possible de trouver des vidéos sous licences libres, bien que ces deux sites ne possèdent pas d’outils de recherche par types de licence.

Néanmoins, quelle que soit la licence apposée au document, il est possible, lorsque cela est techniquement permis de récupérer le code html ou “embed” du document qui permet d’insérer, sans enfreindre la propriété intellectuelle, un document dans son carnet.

Insertion des médias

Techniquement, il est possible d’insérer toutes sortes de fichiers dans le corps d’un billet ou d’une page. Pour cela, il faut cliquer sur le bouton « Ajouter un media» au-dessus de la barre d’édition. Une nouvelle fenêtre s’ouvre alors, qui permet de charger un fichier soit depuis son ordinateur, soit depuis internet s’il est déjà disponible en ligne (il suffit alors d’indiquer son url).

Illustration 15 : bouton d’insertion de médias

 

Après chargement, il est possible de décrire ce fichier, en lui attribuant un titre et une légende ; s’il ne s’agit pas d’une image ou d’une vidéo, c’est un lien vers le fichier qui sera inséré dans le billet. S’il s’agit d’une image, c’est l’image elle-même, ou sa miniature qui le sera. Il est alors possible de régler finement le positionnement de l’image par rapport au texte.
Toutes les images qui ont été chargées au niveau d’un billet ou d’une page peuvent être affichées ensemble, sous forme de portfolio, ou de « galerie ». Il suffit pour cela de cliquer sur le lien « Insérer une galerie ». Il est même possible d’affecter un ordre précis d’apparition des images dans cette galerie.
Hypothèses accepte actuellement les types de fichiers suivants : jpg jpeg png gif mp3 mov avi wmv midi mid pdf doc odt xls zip. On peut demander à ce que la plateforme accepte de nouveaux types de fichiers non prévus. La taille maximale acceptée par fichier est actuellement de 10 Mo. L’espace total accordé pour héberger la totalité des fichiers d’un carnet est de 1 Go. On peut demander que ces limites soient révisées.

Vous pouvez aussi ajouter des vidéos ou des sons dans vos billets.

 

Ouvrir un carnet de recherche sur Hypothèses : prise en main de l’outil WordPress

Hypothèses est une plateforme. Cela signifie que les différents carnets de recherche ne sont pas des sous-parties d’un seul site Web, mais sont autant de sites Web indépendants sur le plan éditorial qui sont hébergés sur un serveur commun. Chaque rédacteur en chef ou propriétaire d’un carnet a donc son propre site, accessible à partir d’une adresse du type http://nomducarnet.hypotheses.org. Les instructions qui suivent permettent de gérer de manière autonome son propre carnet.

Un carnet : deux espaces

Avec WordPress, le logiciel qu’utilise Hypothèses, la gestion du carnet de recherche se fait entièrement en ligne, dans un espace particulier du carnet, accessible avec un identifiant et un mot de passe. Pour chaque carnet, existe :
– le site public : visible par tous les internautes (adresse : http://nomducarnet.hypotheses.org)
– l’espace privé : accessible sur identifiant et mot de passe aux seuls rédacteurs du carnet (adresse : http://nomducarnet.hypotheses.org/admin)
Pour accéder à l’espace privé depuis le site public, suivre le lien « Admin du site ».

Illustration 1 : entrée dans l’espace privé
Illustration 1 : entrée dans l’espace privé

Il est aussi possible d’ajouter /wp-admin/ après l’adresse de son site.

La page d’accueil de l’espace privé

Elle donne accès à un tableau de bord permettant de repérer d’un coup d’oeil les derniers mouvements qui se sont produits sur son carnet : derniers commentaires, derniers liens entrants.

Illustration 2 : Le tableau de bord
Illustration 2 : Le tableau de bord

Les menus

Dans l’interface privée, se trouve aussi la barre de menu qui vous permettra de faire les réglages dont vous avez besoin.

La barre de menu

Chaque rubrique vous permet de gérer un point spécifique de votre carnet que celui-ci soit technique ou éditorial.

Illustration 3 : menu d’édition
Illustration 3 : menu d’édition

Billet : permet de créer, modifier et catégoriser cet objet éditorial
Médias : permet d’ajouter des fichiers textes, des feuilles de calcul, des fichiers compressés, des présentations, des fichiers images, des vidéos et des fichiers audios.
Liens : permet de créer, catégoriser, ordonner les liens.
Pages : permet de créer et modifier cet objet éditorial.
Commentaires : permet d’approuver, désapprouver, marquer comme spam, effacer les commentaires.
Apparence : permet de modifier l’apparence du carnet en choisissant un thème différent, en modifiant l’arrière-plan et l’en-tête si le thème choisi le permet; permet d’ajouter des fonctionnalités au carnet en y ajoutant des widgets.
Utilisateurs : permet de gérer et modifier le profil de l’administrateur ainsi que de créer, modifier ou effacer les comptes d’autres utilisateurs.
Outils : permet d’accéder aux statistiques de fréquentation du carnet.
Réglages : permet d’accéder aux options techniques de configuration du carnet.

Deux options au sommet du tableau de bord

Deux boutons se trouvent au sommet du tableau de bord : “Options de l’écran” et “Aide”.

“Options de l’écran” : permet de configurer l’affichage du tableau de bord. Notez que cette option varie selon son contexte : si elle est ouverte dans l’espace “Billets”, les options d’affichage se référeront spécifiquement à cet espace.

Illustration 4 : options d’écran
Illustration 4 : options d’écran

“Aide” : explique chaque élément afficher dans le tableau de bord. Cette option renvoie également à la documentation officielle de WordPress (codex) et aux forums d’entraide dédiés. Notez que cette option est elle aussi contextuelle. Elle s’adapte à l’espace dans lequel elle est dépliée.

Illustration 5 : Aide
Illustration 5 : Aide

Pour finir

Ne pas oublier le bouton permettant de revenir instantanément sur la page d’accueil du site public. Le titre du site s’affiche au-dessus de “Tableau de bord”. En cliquant dessus, on est redirigé sur le site public.

Enfin, tout en haut de l’écran, à droite, est rappelée l’identité sous laquelle on est connecté, et un lien permet de se « déconnecter » (fermer sa session sur l’interface privée).

Illustration 6 : barre de gestion de session
Illustration 6 : barre de gestion de session

Gestion éditoriale des contenus

Classer ses contenus

Par défaut, les billets publiés sur Hypothèses sont classés par ordre antéchronologique. Pour les classer par thèmes, on dispose de “tags” et de catégories. Les deux systèmes fonctionnent différemment : comme on l’a dit, les catégories peuvent être hiérarchisées, ce qui n’est pas le cas des “tags” ou mots clés. D’où une interface de saisie au niveau des billets très différente : les mots clés peuvent être ajoutés librement (choix ouvert) alors que les catégories apparaissent sous forme d’une liste à cocher (choix fermé), bien que l’on puisse toujours créer de nouvelles catégories.

Illustration 27 : catégories et mots-clés
Illustration 27 : catégories et mots-clés

De la même manière, sur le site public, dans les widgets, les catégories apparaîtront sous forme de liste tandis que les mots clés seront exploités sous forme de nuage (la grosseur de chaque mot clé au sein de ce nuage étant proportionnelle à la fréquence de son utilisation dans le carnet).

Que publier sur son carnet de recherche ?

Un carnet de recherche n’est pas une revue scientifique, ni une archive ouverte. Il est déconseillé de l’utiliser comme point de diffusion principal de publications diverses. Il est recommandé de déposer ses travaux sur l’archive ouverte HAL-SHS et d’utiliser les flux RSS que la plateforme produit pour afficher la liste des publications sous forme de widget. Voir les explications sur le site de HAL-SHS
De la même manière, les carnets de recherche ne sont pas adaptés pour publier des billets susceptibles de l’être dans des revues à comité de lecture du fait de son mode de fonctionnement sans révision par les pairs et de son ergonomie particulière privilégiant la forme courte (billet).
En revanche, le carnet est particulièrement adapté à la forme conversationnelle, par l’intermédiaire des commentaires et des liens. Les sections qui suivent donnent des indications sur la meilleure manière d’utiliser ces outils propres aux carnets de recherche.

Gérer les commentaires

Les commentaires sont consubstantiels à la vie des blogs. Comme le dit très bien Michael Arrington, les blogs sont des conversations et le commentaire est un bon moyen d’étendre ces conversations. On peut d’ailleurs en déduire que ce qui fait la qualité d’un blog est au moins autant la qualité des commentaires qui y sont postés que celle de ses billets. C’est la raison pour laquelle il est important de suivre très attentivement les commentaires qui sont postés sur son carnet et de veiller à leur qualité.

Plusieurs éléments sont à prendre en considération :
La qualité des billets : les commentaires sont avant tout des réponses à une première prise de parole. C’est donc le billet qui donne le ton de la conversation qui s’ensuit : un billet imprécis et/ou provocateur suscitera des commentaires de même nature. A l’inverse, un billet fouillé, érudit ou apportant beaucoup d’informations aura des chances d’être complété par des lecteurs souhaitant apporter des précisions ou pousser plus loin l’investigation.

Le suivi de la conversation : il est important que les lecteurs comprennent qu’ils interviennent au sein d’un espace certes public, mais contrôlé par le propriétaire du carnet, et non anonyme c’est-à-dire anomique. Celui-ci a donc tout intérêt à prendre la parole autant qu’il peut dans les conversations et à ne pas laisser des fils de discussion se développer sans y intervenir de temps en temps.

Le contrôle technique des commentaires : l’interface d’administration de WordPress permet de suivre et contrôler les commentaires postés. Le menu général « Commentaires » permet tout d’abord de suivre l’ensemble des commentaires qui ont été postés sur le site, qu’ils aient été publiés ou non. Divers boutons permettent de traiter rapidement et par lots les commentaires. Ensuite, au niveau de chaque billet, il est possible de valider ou éliminer les commentaires. Il est même possible de fermer les commentaires pour un billet précis (alors qu’ils restent ouverts pour les autres billets du site). Cette solution assez radicale peut être justifiée par le tour que prend un fil de discussion ou a priori, si un billet n’est pas destiné à recevoir des commentaires.

Illustration 28 : ouverture et fermeture des pings et commentaires sur un article
Illustration 28 : ouverture et fermeture des pings et commentaires sur un article

Le contrôle général des commentaires : dans le menu « Réglages » le sous-menu « Discussion » permet de définir une politique générale de modération des commentaires. Il est ainsi possible de :

  • désactiver tous les commentaires ;
  • modérer a priori les commentaires : un commentaire ne sera publié sur le site que s’il est auparavant approuvé par un administrateur du site ;
  • modérer a posteriori : les commentaires, pour peu qu’ils n’aient pas été détectés comme étant du spam, sont publiés immédiatement sur le site. À l’administrateur de supprimer ceux qui ne correspondent pas à la charte du site ;
  • modérer a priori le premier commentaire d’un lecteur, a posteriori les suivants de ce même lecteur : cela implique qu’il s’identifie sur le site (il apparaîtra alors dans la liste des utilisateurs avec le statut d' »abonné ») ;
Illustration 29 : configuration avancée des commentaires
Illustration 29 : configuration avancée des commentaires

Attention : le régime juridique des commentaires – et en particulier la responsabilité du propriétaire du carnet – sont très différents selon que les commentaires sont modérés a priori ou a posteriori.

  • Modération a priori : dans ce cas, le propriétaire du carnet est considéré comme un éditeur, dans la mesure où il choisit les commentaires avant publication. En cas de publication illicite, il en partage la responsabilité avec son auteur.
  • Modération a posteriori : dans la mesure où le propriétaire du carnet ne peut évidemment pas avoir connaissance d’un commentaire avant sa publication, ni même éventuellement surveiller en permanence les commentaires qui sont postés, sa responsabilité est dégagée. Il doit en revanche supprimer des contenus manifestement illicites lorsque ceux-ci lui sont signalés, et ce dans les plus brefs délais. Une éventuelle lenteur de réaction peut donc engager sa responsabilité.

Pour toutes ces raisons, et parce que les commentaires posent éventuellement problème, il est recommandé de suivre attentivement les commentaires qui sont publiés sur le carnet, quitte à fermer temporairement les commentaires lorsqu’on doit s’absenter pour plusieurs jours.

Liens, pings et rétroliens

Les blogs utilisent d’autres technologies pour étendre le principe de la conversation. Celle-ci peut en effet s’établir de blog à blog par l’intermédiaire des liens croisés.
Premier niveau : la « blogoliste ». C’est un annuaire de liens que le propriétaire d’un carnet peut utiliser pour signaler à ses lecteurs les sites qui lui semblent le plus intéressants. On l’a vu, la blogoliste est affichée par l’intermédiaire du widget du même nom. Dans l’interface privée, l’administration de la blogoliste est gérée par le menu “Liens”. De même que l’on peut créer ou gérer des billets et des pages, on peut créer et gérer des liens. A chaque lien correspond une notice descriptive du site que l’on souhaite référencer.

 

Illustration 30 : ajouter et gérer ses liens
Illustration 30 : ajouter et gérer ses liens

Il est possible de classer les « liens » en plusieurs catégories via le sous-menu « Catégories de liens ». Ces catégories sont indépendantes des « catégories » simples (attachées, elles, à des billets).

Les rétroliens (ou trackbacks en anglais) sont plus compliqués à mettre en oeuvre, et ils sont gérés non pas au niveau du site, mais au niveau du billet. Le principe est le suivant : si un blog A cite un blog B en créant un lien hypertexte pointant vers B, alors, le blog B va créer un lien dans l’autre sens pointant vers le blog A, signalant à ses lecteurs qu’il a été cité par A.

Dans le menu « Réglages » puis « Discussion », on peut autoriser la génération de rétroliens depuis d’autres carnets vers son propre carnet (« Autoriser les notifications depuis les autres blogs (notifications par pings et rétroliens) »). Dans ce cas, certains liens venant d’autres blogs seront signalés sous le texte du billet qui fait l’objet du lien ; et un lien pointant dans l’autre sens sera aussi affiché. Cette option peut aussi être gérée au niveau de chaque billet.
On peut aussi demander à ce que son propre carnet « ping » les autres blogs lorsque des liens sont créés vers eux ; de telle manière qu’il puisse bénéficier éventuellement de rétroliens en retour (« Tenter de notifier les blogs liés à ce billet »).

Illustration 31 : des rétroliens dans le carnet La pensée du discours
Illustration 31 : des rétroliens dans le carnet La pensée du discours

Utilisation des flux RSS

Il est possible de signaler automatiquement sur son propre carnet les dernières publications en provenance d’autres sites. Le blog d’une revue pourra ainsi donner accès aux sommaires des derniers numéros de cette revue. Le blog d’un projet de recherche propre à un laboratoire pourra afficher automatiquement la liste des dernières mises à jour du site du laboratoire. Pour cela, il faut que le site dont on veut signaler l’actualité dispose d’un fichier particulier au format RSS ou Atom.

Illustration 32 : Accès aux flux RSS de Calenda
Illustration 32 : Accès aux flux RSS de Calenda

L’agrégation de nouvelles en provenance de sites extérieurs se fait par l’intermédiaire du widget « Flux ». Dans ce widget, il faut indiquer l’adresse du flux RSS du site et non l’url du site et l’agrégation se fait automatiquement. Il est parfois nécessaire de corriger le titre du widget.

Autres fonctions avancées

Des fonctions plus sophistiquées existent, en ce qui concerne l’alimentation en contenus des carnets de recherche en particulier. Il s’agit de :

Publier des photos directement dans le carnet à partir du service de photo Flickr

Flickr est un service gratuit de gestion et de partage de photos proposé par Yahoo !
Il est tout à fait possible de publier des photos directement depuis un compte Flickr pour alimenter son carnet de recherche sur Hypothèses.
Pour ce faire, il est nécessaire de posséder un compte chez Flickr et d’autoriser ce dernier à établir une connexion avec son carnet.
Voici la marche à suivre, étape par étape :
– A partir de la page d’accueil de son compte, il faut accéder par l’onglet « Vous » à la rubrique « Votre compte ». Puis, sur la page « Votre compte », cliquer sur l’onglet « Extensions de Flickr ».

Illustration  33 : votre compte dans Flickr
Illustration 33 : votre compte dans Flickr

Cliquer ensuite sur l’icône « WordPress » et entrer l’url du carnet

Illustration 34 : renseigner les informations de connexion
Illustration 34 : renseigner les informations de connexion

Il s’agit ensuite de spécifier le nom d’utilisateur et le mot de passe de son carnet sur Hypothèses. Ce sont ces informations qui permettront à Flickr de se connecter directement à l’interface privée du carnet.
Il est ensuite possible de choisir le mode d’affichage des billets/photos qui apparaîtront sur le carnet en cliquant sur « créer un modèle de publication personnalisé ».

Une fois ces opérations de configuration effectuées, il est possible de « charger » ses photos directement sur le carnet, à partir de l’interface de Flickr en cliquant sur l’icône « WordPress » située au-dessus de l’image à publier.

Illustration 35 : bloguer cette photo
Illustration 35 : bloguer cette photo

Il est alors possible de titrer et de commenter la photo. Titre et commentaire seront transmis au carnet en même temps qu

e la photo. En cliquant sur « Publier le message », la photo sera chargée directement en une sur le carnet.

La plupart des plateformes de partage de contenus offre désormais cette possibilité dans les options de partage qu’elles mettent à disposition.

Diffuser les billets sur des réseaux sociaux

Il est également possible de syndiquer automatiquement les billets de votre carnet vers un réseau social.
Par exemple, afin de publier automatiquement sur un compte Twitter les billets publiés d’un carnet, on peut utiliser l’application twitter feed. Il suffit d’entrer le flux de syndication du carnet http://nomducarnet.hypotheses.org/feed/ dans l’application pour que les billets soient “twittés”.

Illustration 36 : twitterfeed, une application pour publier par flux RSS sur Twitter
Illustration 36 : twitterfeed, une application pour publier par flux RSS sur Twitter

Pour faire de même sur le réseau social facebook, l’on peut utiliser l’application RSS graffiti.

Illustration 37 : RSS graffiti, une application pour publier par flux RSS sur Facebook
Illustration 37 : RSS graffiti, une application pour publier par flux RSS sur Facebook

Il est également possible de syndiquer son compte twitter à son compte facebook et inversement.

Fonctionnalités propres

Hypothèses évolue en permanence et fournit des fonctionnalités qui lui sont propres, développées par l’équipe du Cléo :

Notes de bas de page

Un système de codage “Wordpress” ainsi qu’une macro spécifique développée par le Cléo permettent la gestion des notes de bas de page : grâce à l’outil “copier/coller depuis un texte word” du menu d’édition, on peut coller ses notes de bas de page sans que celles-ci soient désactivées ou déconfigurées une fois le texte inséré dans le billet.
Pour plus d’informations, l’on peut consulter le billet publié dans La maison des carnetsUne macro pour les notes de bas de page”.

ISSN

Un ISSN est un identifiant attribué à une publication périodique. Il facilite grandement la citabilité et le référencement des billets. Les ISSN offrent également une reconnaissance de la pérennité des contenus issus du blogging scientifique.
Les ISSN sont attribués progressivement aux nouveaux carnets par le service des ISSN de la Bibliothèque nationale de France.
Pour plus d’informations, on peut consulter le billet publié dans L’édition électronique ouverteDes ISSN pour les carnets d’Hypothèses.”.

Statistiques

Le Cléo met à disposition de chaque carnetier un service de statistiques performant qui permet de mesurer les visites quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles, renseigne sur les pics de fréquentation quotidiens, l’origine géographique des visiteurs, la durée des visites, les pages les plus visitées, les systèmes d’exploitation et les navigateurs utilisés par les visiteurs, les liens entrants principaux, et les phrases et mots-clés utilisés pour accéder au carnet.
Ce service de statistiques est activé environ une semaine après la création du carnet.

Abonnement

Un service d’abonnement permet aux lecteurs d’un carnet de recevoir dans sa messagerie électronique les derniers billets publiés. Il remplace et améliore le service de newsletter.

Pour plus d’informations, on peut consulter le billet publié dans La maison des carnets “Vos lecteurs peuvent s’abonner à votre carnet de recherche”.

Evolutions

Nouvelles fonctionnalités

L’équipe d’Hypothèses met régulièrement à disposition de nouvelles fonctionnalités.

Il sera bientôt possible de partager ses billets grâce à l’insertion des icônes des réseaux sociaux, ajouter un widget “LibraryThing” qui permet notamment d’afficher ses dernières lectures, un formulaire de contact, une option pour recevoir dans sa messagerie électronique la réponse à un commentaire laissé.

De nouveaux thèmes

Outre les 4 thèmes déjà disponibles, 4 thèmes supplémentaires, de facture récente, viendront les rejoindre, ouvrant encore les possibilités de personnalisation des carnets.

Internationalisation

OpenEdition est un portail à vocation internationale. Hypothèses accueille déjà des carnets rédigés dans de nombreuses langues : allemand, anglais, arabe, espagnol, italien, japonais, magyar, portugais, russe, turc.

L’objectif de la plateforme est d’étoffer encore son caractère international et de devenir facilement utilisable dans de nombreuses langues.

Editorialisation et “crowdsourcing”

Hypothèses est avant tout une communauté de carnetiers et de lecteurs à qui une infrastructure, dont le but est de valoriser et de diffuser les contenus produits, est offerte.

La valorisation de la connaissance publiée dans Hypothèses doit répondre à des logiques différentes selon qu’un carnet est un carnet d’ANR, un carnet de séminaire, un carnet de fouille ou un carnet de vulgarisation. C’est pourquoi se dessinent progressivement des espaces d’éditorialisation particuliers sur la page d’accueil d’Hypothèses, d’ailleurs voués à se développer.
Dans la tradition de l’évaluation par les pairs, un espace sera prochainement réservé à l’éditorialisation des billets par l’ensemble de la communauté. Pour ce faire, des outils de mesure et de veille notamment contribueront à évaluer l’impact des billets dans les réseaux sociaux.