Tenir un carnet de thèse sur Hypothèses

Parmi les carnets présents sur la plateforme, le carnet de thèse représente un type de carnet relativement peu fréquent (environ 6 % des carnets publiés dans le catalogue d’OpenEdition). Pourtant, l’exercice n’est pas sans intérêt. C’est pourquoi nous revenons, dans ce billet, sur l’expérience de doctorants et de doctorantes en matière de blogging à partir des témoignages qu’ils ont pu publier sur la plateforme ou ailleurs. 

Pourquoi bloguer et pourquoi bloguer quand on est en thèse particulièrement ?

Se faire connaître et partager son travail

Le premier argument mis en avant par les carnetiers et les carnetières d’Hypothèses est la possibilité de communiquer de manière directe et large autour de sa recherche au delà du cercle restreint de son comité de thèse, des membres de son laboratoire, de son école doctorale ou d’auditeurs dans des colloques. Il s’agit de se constituer un lectorat, y compris non académique qui a, qui plus est, la capacité d’interagir avec vous. 

Rendre visibles ses travaux, « laisser des traces » de travaux antérieurs, peut aussi impressionner ou sembler relever d’une « impudique auto-promotion »1. La tenue d’un blog, que ce soit sur Hypothèses ou ailleurs, participe effectivement  à la construction de votre identité numérique2. Néanmoins, cette dernière existera dans tous les cas ! Alors autant qu’elle résulte de vos choix. Le blog vous permet de matérialiser votre existence académique, de voir votre travail être référencé avant votre soutenance ou la publication d’articles dans des revues. Elle vous permet ainsi de publiciser votre expertise. 

C’est aussi un argument face à la crainte du plagiat. Parmi les réticences à ouvrir un blog, l’idée que les textes ne seraient pas protégés car en accès libre revient régulièrement. Tout d’abord, il faut savoir qu’un contenu mis en ligne sans mention particulière est, par défaut, protégé par le droit d’auteur. Sur Hypothèses, nous privilégions l’emploi des licences Creative Commons.

Ces dernières simplifient effectivement la réutilisation de vos contenus mais elles obligent à ce que vous soyez cité·e et que l’on respecte les conditions que vous avez choisies (pas de modification, pas d’usages commerciaux, partage sous les mêmes conditions…). En ce sens, elles ne touchent pas à votre droit d’auteur mais elles vous permettent d’accorder facilement des autorisations supplémentaires. Communiquer publiquement est peut-être le meilleur moyen pour montrer l’antériorité de vos recherches. 

S’inscrire dans la discussion scientifique

Lorsque vous publiez sur Hypothèses, vous vous inscrivez dans un écosystème identifié comme relevant de la science ouverte et des sciences humaines et sociales auquel participent d’autres chercheurs et chercheuses, en thèse ou non, et venant de champs disciplinaires et académiques variés. Ils et elles ont la possibilité d’interagir via les commentaires. Plusieurs carnetiers et carnetières évoquent ainsi l’inscription dans une « communauté »3. Mélodie Faury et Frédérique Giraud évoquent quant à elles un « séminaire virtuel atemporel et agéographique »4. La dimension de séminaire est, sans doute, à nuancer. La discussion passe désormais par d’autres canaux dont les applications de micro-blogging, les prises de contacts par email ou les retours plus informels que vous recevrez. Elle existe bien cependant !

Si vous travaillez sur des sujets sensibles ou que vous ne souhaitez pas modérer des commentaires, vous avez aussi la possibilité de ne pas les autoriser. Vous pouvez en apprendre plus en lisant le billet « Gérer les commentaires sous mes billets ».

S’habituer à écrire, tenir un journal de thèse

L’écriture de la thèse est un exercice difficile. La tenue d’un blog invite à écrire régulièrement et à mettre en place une forme de « mécanique ». Plusieurs témoignages de doctorants et de doctorantes mettent en avant le blogging comme moyen de se décomplexer et de construire un autre rapport à l’écriture et à la communication scientifiques. Ceci est facilité par le fait que le blog n’est pas un support de publication nécessairement très formel.

« Je pense que l’un des intérêts principaux du carnet de recherche est de pouvoir mettre à plat des interrogations en cours, des bribes de réflexion pas forcément très formalisées : pour soi ça permet de les évacuer, d’arrêter de boucler dessus, de les soumettre à l’avis des autres ; plus largement je pense aussi qu’il est intéressant de montrer les rouages d’une recherche, tout ce qui y fait difficulté — pour ne pas prétendre à un résultat parfait et bien rôdé tombé du ciel ? »

Aurore Turbiau, « Ouvrir un carnet Hypothèses ? », Littératures engagées, publié le 18/02/2020, https://engagees.hypotheses.org/1710, consulté le 29/08/2023.

Les lecteurs et les lectrices ne s’attendent pas à y trouver le même type de publication que celles proposées par les revues scientifiques. Lorsque l’on blogue, on ne recherche pas la perfection du texte. Publier sur un carnet n’implique pas d’évaluation par les pairs. Il s’agit d’un tout autre objet éditorial ! Les billets de blog ont tendance à être beaucoup moins longs qu’un article. Ils peuvent donner une place importante aux médias et à l’hypertextualité. Le blog peut donc être, si vous le souhaitez, un espace de créativité et de liberté ou de tâtonnements, de propositions de textes moins aboutis. Vous pouvez y publier des pistes, des hypothèses que vous infirmerez ou confirmerez plus tard. Vous pouvez également aborder votre travail avec un autre ton, plus léger ou plus personnel.

Plusieurs carnetiers et carnetières utilisent leur carnet pour parler des « à-côtés », de ce qui ne pourrait pas figurer dans leur manuscrit ou dans leurs articles.

Écrire une thèse est un travail de longue haleine, plus un marathon qu’un sprint et le carnet de thèse m’est apparu comme un entraînement efficace pour reprendre une métaphore sportive. C’était aussi une façon de valoriser ce que j’appelais des déchets de taille pour filer une image archéologique, car la plupart des articles publiés dans ce carnet étaient des textes utilisés pour les discussions avec mes encadrants. Tous ces textes ne se sont pas retrouvés dans la thèse, certains étaient des pistes explorées mais non retenues, alors pourquoi ne pas les publier par ailleurs ?

Daniel Pélissier, , « Créer un carnet de thèse dans Hypothèses : quelle drôle d’idée ? », dans Présence numérique des organisations. Identité numérique, lexicométrie, autoconfrontation, publié le 12/07/2019, https://presnumorg.hypotheses.org/479, consulté le 13/09/2023.

Ils et elles explorent les possibilités du journal de thèse. En effet, vous n’êtes pas obligé·e de parler de vos résultats, de partager vos données ou vos analyses. Les lecteurs et les lectrices de la plateforme apprécient également les billets méthodologiques, les partages d’outils ou d’astuces, d’expériences positives mais aussi des doutes et des difficultés qui jalonnent la rédaction d’une thèse5.

Les billets de blogs sont des publications à part entière

La contre-partie est que le blog peut être parfois considéré comme un lieu de publication illégitime, peu sérieux.

« Cette interrogation est certainement liée à l’aspect encore in-conventionnel pour un doctorant, un chercheur… de “bloguer”, de tenir un journal de bord à découvert. Le carnet de recherche est un espace d’écriture encore pensé comme illégitime. “Carnet” de recherche : un objet non identifié ? En tous les cas, il est bien absent des évaluations. Pensé comme une perte de temps, une diversion, une dispersion… Le carnet resterait dans le monde du ludique, car il ne serait pas “rentable” en un sens bassement comptable de ce qu’est la recherche

Mélodie Faury et Frédérique Giraud, « Le carnet de thèse ». Espaces réflexifs, publié le 13 février 2012, http://reflexivites.hypotheses.org/64, consulté le 29/08/2023

À l’inverse, il peut vous donner de la légitimité en tant qu’auteur ou autrice donnant à voir son travail et étant lu·e par ses collègues. L’important est d’être transparent·e sur la nature des textes que vous proposez et sur leur place dans votre processus de réflexion. Par ailleurs, cet argument du manque de sérieux tend à s’estomper depuis quelques années. Comme en témoigne le succès de la plateforme et le nombre de carnets de chercheurs ou programmes de recherche. Le billet de blog est aussi un type de publication désormais disponible dans HAL sous la dénomination « Article de blog ».

Si le billet de blog ne peut avoir le même statut qu’un article évalué, amélioré et publié dans une revue après un long processus, il reste une publication à part entière. Vous devez garder à l’esprit que vous êtes considéré comme le directeur de publication de votre carnet. Vous êtes donc responsable légalement des contenus que vous y publiez. Attention donc aux infractions aux droits d’auteur, à la diffamation ou à la diffusion de données personnelles !

Si vous souhaitez ouvrir un carnet de thèse sur Hypothèses, vous trouverez le formulaire de demande en ligne : https://fr.hypotheses.org/creer-et-gerer-votre-blog. Vous pouvez également chercher dans notre catalogue les carnets de thèse existants.

Bibliographie sur l’apport des blogs scientifiques



Citer ce billet
Céline Guilleux (2023, 14 septembre). Tenir un carnet de thèse sur Hypothèses. La Maison des carnets. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7hh

  1. Rahal Malika, « Le carnet de recherche. Un nouvel outil dans l’écriture d’une histoire du temps présent », Le Mouvement Social, 2019/4 (n° 269-270), p. 133-148. DOI : 10.3917/lms.269.0133. URL : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social1-2019-4-page-133.htm []
  2. Marin Dacos, « Comment mieux faire connaître mes recherches ?,» in Blogo-numericus, 23/11/2009, https://bn.hypotheses.org/10288 []
  3. Daniel Pélissier, « Créer un carnet de thèse dans Hypothèses : quelle drôle d’idée ? », dans Présence numérique des organisations. Identité numérique, lexicométrie, autoconfrontation, publié le 12/07/2019, https://presnumorg.hypotheses.org/479, consulté le 13/09/2023. []
  4. Mélodie Faury et Frédérique Giraud, « Le carnet de thèse ». Espaces réflexifs, publié le 13 février 2012, http://reflexivites.hypotheses.org/64, consulté le 29/08/2023 []
  5. par exemple https://villeroman.hypotheses.org ou https://zistetzest.hypotheses.org ou https://consciences.hypotheses.org/ https://histoiresnat.hypotheses.org/category/parle-a-ma-these https://ig.hypotheses.org/ []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search