La pérennité de vos contenus sur Hypothèses

Ce billet présente les actions menées par OpenEdition pour garantir la pérennité de vos contenus publiés sur Hypothèses. Il vous propose également quelques conseils et bonnes pratiques.

Le stockage sécurisé des contenus de mon carnet

Assurer la sauvegarde régulière de vos contenus et leur stockage dans les conditions les plus sécurisées possibles fait partie des services proposés sur Hypothèses par OpenEdition. OpenEdition met en œuvre une politique de sauvegarde des fichiers informatiques qui composent votre carnet et développe des mécanismes de vérification de l’intégrité de chaque copie. Cette politique est amenée à évoluer régulièrement en fonction des évolutions technologiques. En voici les principaux aspects : 

  • Nos serveurs se situent en France, au sein du centre de calcul de l’In2P3 qui est une Unité d’Appui et de Recherche du CNRS.
  • Une sauvegarde sur bande magnétique est effectuée toutes les nuits. 
  • Nous conservons sur nos serveurs plusieurs états de chaque site sur une période de trois mois. 
  • En plus d’une sauvegarde sur bande magnétique, l’ensemble des bases de données des carnets de la plateforme (leurs contenus et les logs) est aussi sauvegardé une fois par jour. Ce qui permet de retrouver à un temps T une sauvegarde de n’importe quel jour des trois derniers mois.
Photographie d'une baie de serveurs d'OpenEdition
Photographie d’une baie de serveurs d’OpenEdition, par Bruno Cénou

Malgré tout, le risque 0 n’existe pas. Il n’est malheureusement pas possible d’éviter les incidents comme des pannes matérielles. Cependant, la perte de contenu est un événement extrêmement rare et toujours minimisé grâce aux différentes sauvegardes.

En complément des actions de sauvegarde menées par OpenEdition et des initiatives de différents acteurs de l’archivage du web, il existe plusieurs bonnes pratiques que vous pouvez mettre en place pour vous assurer de ne pas perdre vos contenus. Vous pouvez notamment conserver des copies multiples, sur différents supports, de vos articles et de vos médias, tout en privilégiant les technologies les plus utilisées, libres et/ou ouvertes. N’hésitez pas également à faire des exports réguliers de vos fichiers XML.

Cette fonctionnalité est disponible dans le tableau de bord de votre carnet via le menu Outils > Export

Un archivage ailleurs sur le web

Plusieurs bases de données indexent certains carnets, selon des critères qui leur sont propres, et les référencent dans des archives web. Nous présentons ici les deux principales mais vous devez avoir à l’esprit que les choix qu’elles mettent en œuvre ne relèvent ni d’Hypothèses, ni d’OpenEdition. 

La plupart des carnets de recherche Hypothèses sont indexés dans la Wayback Machine de la fondation américaine Internet Archive. La « machine à remonter le temps » permet de consulter a posteriori un site web à différentes périodes (en 2024, 835 milliards de pages ont été indexées).

capture d'écran d'une recherche dans la Wayback Machine d'internet archive avec l'URL de la Maison des carnets
Capture d’écran d’une recherche dans la Wayback Machine d’Internet Archive avec l’URL de la Maison des carnets

En France, il existe le dépôt légal du web (service de la BnF) qui assure une mission patrimoniale de collecte et de conservation des publications réalisées sur le territoire français. Contrairement aux publications papier dont la collecte est exhaustive, les collectes numériques sont menées selon une logique de représentativité et d’échantillonnage, l’exhaustivité étant impossible.

Seuls certains carnets de recherche Hypothèses sont présents dans le dépôt légal du web (en février 2023, 439 carnets étaient disponibles dans le dépôt légal dont 387 suite à leur collecte courante annuelle). Ceux-ci sont sélectionnés en fonction de la mise en œuvre de campagnes thématiques précises (par exemple sur le changement climatique ou l’intelligence artificielle) ou de signalements effectués par une bibliothèque partenaire. Ces collectes sont plus ou moins profondes. Il s’agit d’un archivage pérenne (selon le système SPAR) mené à des fins patrimoniales.

Une copie des carnets visités est ensuite conservée dans le dépôt légal du web qui n’est consultable que sous certaines conditions : les ressources collectées ne sont disponibles que dans les salles de lecture de la BnF ou dans une de ses 24 bibliothèques partenaires, après description du projet personnel, professionnel ou de recherche motivant la consultation. La consultation du dépôt légal peut servir à la fouille de données, à produire des analyses par exemple sur le thème du covid-19 et dans des travaux d’historien·nes.

Attention, en dehors de cette initiative du dépôt légal du web qui ne concerne que quelques carnets Hypothèses, la plateforme ne fait pas l’objet d’un archivage à long terme.

L’archivage à long terme désigne un processus spécifique et complexe, qui consiste à maintenir dans le temps la lisibilité du contenu informationnel des données et métadonnées. Le maintien de cette lisibilité peut passer par des transformations (conversions de formats) en cas d’obsolescence. L’archivage à long terme est un service proposé en France par HumaNum et le CINES1. HumaNum et OpenEdition ont notamment travaillé ensemble pour l’archivage à long terme des livres publiés sur OpenEdition Books

Vos carnets ne font pas l’objet d’un archivage à long terme mais leurs articles peuvent faire l’objet d’une attribution de DOIs (Digital Object Identifier) DataCite si votre carnet est présent dans le catalogue d’OpenEdition. Ces identifiants pérennes permettent d’améliorer le référencement dans des bases de données tiers et assurent l’accès aux principales métadonnées du document dans le cas où celui-ci aurait été supprimé.

En complément des actions menées par OpenEdition, vous pouvez aussi mettre en place un certain nombre de bonnes pratiques pour œuvrer à la pérennité de vos publications. 

Maintenir ses contenus en ligne pour conserver leur citabilité

Que se passe-t-il quand vous ne pouvez plus publier sur votre carnet de recherche Hypothèses ou si votre projet est terminé ? Vous n’êtes pas obligé·e de publier coûte que coûte de nouveaux articles sur votre carnet. C’est particulièrement vrai pour les carnets qui accompagnent un programme de recherche. Votre carnet et vos articles peuvent tout à fait rester en ligne même si votre projet éditorial est achevé et que votre carnet est inactif. 

L’inactivité d’un carnet n’entraîne pas de modification de son l’apparence ou de l’accès à ses contenus. Au bout de deux années sans nouvelle publication, nous affichons simplement une mention « carnet inactif depuis le JJ/MM/AAAA » sur sa notice bibliographique dans le catalogue d’OpenEdition afin de donner une indication aux lecteurs et lectrices sur ce qu’ils et elles vont trouver.

C’est pour cette raison que nous vous invitons en complément, dans le cas où votre projet arriverait à son terme, à publier un dernier article expliquant que votre carnet ne sera plus alimenté2.

L’objectif est de préserver l’accessibilité et l’intégrité de conserver vos articles accessibles, et en préserver l’intégrité. C’est aussi dans cette optique que les articles des carnets inscrits dans le catalogue d’OpenEdition bénéficient d’identifiants pérennes avec l’attribution de DOIs (Digital Object Identifier) DataCite.

Deux exceptions à la pérennité

Il existe deux exceptions au maintien d’un carnet inactif dans sa forme originelle. La première est liée aux évolutions du CMS WordPress et des thèmes graphiques proposés sur Hypothèses. Les thèmes les plus anciens peuvent au fil du temps ne plus correspondre aux standards du web, qui sont en constante évolution. Leur équipe de développement a pu arrêter de les maintenir ou ne plus intervenir sur la résolution de nouveaux bugs. Si un thème devient une source d’instabilité et de faille de sécurité pour la plateforme, nous devrons le supprimer. Bien entendu, cela implique que nous communiquions à ce sujet en amont. Si vous n’aviez plus le temps d’intervenir sur votre carnet pour changer son thème graphique, pas d’inquiétude. Nous le modifierons automatiquement pour un thème plus récent ! Vos contenus seront toujours accessibles mais l’apparence de votre carnet pourra s’en trouver modifiée.

La deuxième exception concerne les carnets qui n’ont jamais été alimentés plusieurs années après leur création, c’est-à-dire qui n’ont rien de plus que le premier article et les deux pages créés par défaut. Après vérification, nous pouvons être amenés à les supprimer afin d’alléger la plateforme.  

A vast storeroom for computer tapes that are on multi-tiered rows shelves. Without the new technology of computers, it would be impossible to store and retrieve the vast amounts of information needed for detailed cancer research being done today

En conclusion, la pérennité des publications de votre carnet de recherche Hypothèses passe par différents éléments : une politique de sauvegarde de l’intégrité des fichiers et des données qui les constituent, une politique d’application des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable) et enfin le soin que vous apporterez vous-même à permettre que l’on cite de manière fiable vos publications.



Citer ce billet
Céline Guilleux (2024, 24 avril). La pérennité de vos contenus sur Hypothèses. La Maison des carnets. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9ne

  1. Le CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur) a été mandaté par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour mettre en place une solution d’archivage électronique du patrimoine scientifique pour toute la communauté ESR (Enseignement Supérieur et Recherche). Pour remplir cette mission, le CINES propose plusieurs solutions d’archivage, dont la plateforme PAC (Plateforme d’Archivage du CINES). Ces solutions présentent plusieurs caractéristiques : elles sont mutualisées, personnalisées, sécurisées et certifiées. []
  2. À ce sujet, vous pouvez lire ce billet de la Maison des carnets. Nathalie Casanova (2021, 7 septembre). Supprimer son carnet : enjeux et modalités. La Maison des carnets. Consulté le 6 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7h9. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search